La Résurrection du Christ

Pourquoi dit-on que Jésus est ressuscité le 3e jour ?

Dans le film La résurrection du Christ de Kevin Reynolds, nous n’avons pas vraiment la notion du temps : il semblerait presque que Jésus ressuscite dans la nuit qui suit son ensevelissement. Mais au fait, pourquoi dit-on que Jésus ressuscite le 3eme jour ?

Un fondement dans les textes ?

Dans l’Eglise catholique, le credo (texte de foi proclamé par l’assemblée pendant la messe) dit que Jésus est ressuscité le 3eme jour, « selon les Ecritures ». Mais trouvons-nous quelque part dans l’Ancien Testament la mention d’une résurrection du Christ le troisième jour ? Sur quels fondements cette précision s’appuie-t-elle ?

Dans le Nouvel Testament, cette formule est dans un texte de Saint Paul :

« Je vous ai transmis en premier lieu ce que j’avais reçu moi-même : Christ est mort pour nos péchés, selon les Ecritures. Il a été enseveli, il est ressuscité le troisième jour, selon les Ecritures. Il est apparu à Céphas, puis aux Douze. » (Première lettre de Saint Paul aux Corinthiens, 1 Co 15, 3-5).

Plusieurs relectures possibles

Il n’y a pas d’endroit explicite, dans l’Ancien Testament, avec cette mention de la résurrection le 3ème jour, mais nous avons des relectures : par exemple, dans le livre d’Osée (6,2 lien), on peut lire :

« Venez, retournons vers le Seigneur. C’est lui qui a déchiré et c’est lui qui guérira, il a frappé et il pansera nos plaies. Au bout de deux jours, il nous aura rendu la vie, au troisième jour il nous aura relevés et nous vivrons en sa présence ».

Mentionnons également Jonas, dont Jésus dit qu’il est le signe (de Jonas) donné à cette génération :

« Alors le Seigneur dépêcha un grand poisson pour engloutir Jonas. Et Jonas demeura dans les entrailles du poisson, trois jours et trois nuits » (Livre de Jonas, 2,1).

Dans le Nouveau Testament, Pierre, dans les Actes des Apôtres (Ac 2, 24-32), cite le psaume (lien glossaire) 16, versets 9 à 10 :

« Aussi mon coeur se réjouit, mon âme exulte et ma chair demeure en sûreté, car tu ne m’abandonnes pas aux enfers, tu ne laisses pas ton fidèle voir la fosse ». N’est-ce pas là encore un signe de la résurrection du Christ ? »

Une troisième jour autant chronologique que lié au sens de Dieu

Enfin, précisons que la notion du troisième jour est tout au tant théologique que chronologique. Le Targoum (traduction libre et commentée de la Bible en araméen) sur Osée dit :

« Il nous fera revivre au jour de la consolation qui doit venir ; au jour où il fera vivre les morts, il nous ressuscitera et nous vivrons en sa présence. »

La traduction juive a compris ce troisième jour comme le jour de la vivification des morts. La tradition chrétienne a assumé aussi ce sens : plutôt que de vouloir désigner le surlendemain de la mort du Christ, le troisième jour désigne le jour de la consolation. Soyez donc consolés !

Ecrire un commentaire :

*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2016 La résurrection du Christ .com
Haut
Nous suivre :