Jésus mis à mort : Pilate piloté ?

Le film La Résurrection du Christ commence bien après le pseudo-procès du Christ. Quel rôle a donc joué Ponce Pilate, très présent dans ce film, dans cette véritable mascarade ?

Le gouverneur n’est pas à l’aise avec cette affaire. Il a très bien compris que le problème est une rivalité religieuse dans laquelle il n’a pas envie d’entrer. Il a souvent eu des démêlés sévères avec les représentants du Temple, c’est pourquoi il veut garder quelques distances. Mais en même temps, il doit être juste et lorsqu’il interroge Jésus, il reconnaît ne pas avoir de reproches à son endroit. Lorsqu’il annonce aux religieux ne rien reprocher à Jésus, le ton monte du côté des accusateurs qui fomentent également un mouvement de contestation dans la foule. L’épouse du gouverneur lui fait passer un billet dans lequel elle demande à Pilate de ne pas se laisser manipuler dans cette affaire qu’elle pressent très mauvaise. Elle dit même avoir eu un songe à ce sujet. Dans l’interrogatoire, Pilate apprend que Jésus est de Galilée, région sous la juridiction administrative d’Hérode. Le Romain voit là l’occasion de se débarrasser d’un cas difficile et envoie Jésus chez Hérode Antipas qui, pour les fêtes de Pâque, réside justement à Jérusalem. Chez Hérode, l’interrogatoire reprend, mais Jésus ne se défend toujours pas. Humilié et ridiculisé,Jésus est renvoyé chez Pilate qui exige plus d’explications puis le menace :

« Ne sais-tu pas que j’ai le pouvoir de te mettre à mort ou de te gracier ? »

Jésus rétorque : « Tu n’aurais aucun pouvoir s’il ne t’était pas donné par mon Père ! » Pilate cherche une solution pour sauver Jésus et sortir de l’impasse.

Il n’est pas impossible qu’il cherche aussi à contrecarrer les religieux en qui il n’a pas confiance. Il se rappelle qu’à l’occasion de Pâque, la coutume veut qu’un prisonnier soit gracié. Il propose alors à la foule de choisir qui libérer : un repris de justice, révolutionnaire et meurtrier du nom de Barabbas, ou
Jésus, l’homme de Galilée, La foule, conduite par les prêtres, réclame alors la libération de Barabbas (lire aussi : Barabbas est-il le chef d’une révolte ?).

Drôle de procès

« Pilate demande au Christ : “Es-tu le roi des Juifs ? » Jésus répond : “Est-ce parce que tu y as pensé toi-même que tu me poses cette question ? Ou est-ce ce que pensent certains qui t’en ont parlé ? » Pilate réagit : “Je ne suis pas Juif, moi ! Ce sont ceux de ta nation, et les prêtres de ta religion qui te livrent à moi ; qu’as-tu donc fait ?” Jésus se met à lui expliquer : “Mon royaume n’appartient pas à ce monde ; si mon royaume appartenait à ce monde, mes serviteurs auraient combattu pour empêcher qu’on me livre aux autorités juives. » Pilate lui dit alors : “Tu es donc roi ?” Jésus répond : “Tu le dis, je le suis. Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque appartient à la vérité écoute ce que je dis.” — “Qu’est-ce que la vérité ? » lui demande Pilate. » (Evangile de Jean, chapitre 18)

Source : Tiré de Jésus pour les nuls, page 110.

Ecrire un commentaire :

*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2016 La résurrection du Christ .com
Haut
Nous suivre :