Marie au pied de la croix, dans le film La Passion du Christ

Marie au pied de la Croix

Dans le film La résurrection du Christ de Kevin Reynolds, Marie est quasi-absente au moment de la crucifixion : on peut l’apercevoir furtivement en arrière-plan, avec d’autres femmes, contrairement à La Passion du Christ de Mel Gibson, où elle était beaucoup plus présente (photo ci-dessus). Que se passait-il dans son coeur lorsqu’elle était au pied de la croix ? La réponse de Stéphane, blogueur.

« QUE PEUT-IL SE PASSER DANS LE CŒUR et dans la tête de Marie, alors qu’elle contemple son fils suspendu à cette Croix ? Elle qui fut la première à porter « Celui qui porte tout », quelles pensées, quelles prières peuvent donc bien traverser son esprit ? Ce n’est désormais plus elle qui porte son enfant, mais ce morceau de bois sur lequel elle le regarde mourir. Et mourir abandonné de tous. C’est qu’ils ne sont pas nombreux, les amis de Jésus, à l’avoir suivi jusqu’à là. Il fallait de l’amour ou beaucoup d’espérance pour le suivre jusqu’à la croix. Marie-Madeleine et Jean avaient beaucoup d’amour. Marie y ajouta l’espérance.

Il faut lire La lumière des peuples (« lumen gentium »), du pape Paul VI, au chapitre 58, pour savoir ce que Marie méditait dans son cœur, à ce moment précis :

« Ainsi la bienheureuse Vierge avança dans son pèlerinage de foi, gardant fidèlement l’union avec son Fils jusqu’à la croix où, non sans un dessein divin, elle était debout (cf. Jn 19, 25), souffrant cruellement avec son Fils unique, associée d’un cœur maternel à son sacrifice, donnant à l’immolation de la victime, née de sa chair, le consentement de son amour, pour être enfin, par le même Christ Jésus mourant sur la croix, donnée comme sa Mère au disciple par ces mots : « Femme, voici ton Fils » (cf. Jn 19, 26-27) ».

 

Marie au pied de la croix, dans le film La Passion du Christ Marie au pied de la croix, dans le film La Passion du Christ de Mel Gibson.

Marie au pied de la croix, dans le film La Passion du Christ

Tout est là. Dans ces quelques lignes. Marie avait la foi et n’a jamais douté. Pas même au pied de la Croix. Pas même face au cadavre ensanglanté de son fils.

Bien sûr c’est insensé puisqu’il est mort. Pour Marie-Madeleine comme pour Jean, c’est une déchirure d’une violence incroyable car plus jamais, ils ne le reverront. Mais pour Marie, c’est autre chose. Elle lit beaucoup plus loin. Elle ne comprend pas ce qu’elle voit et pourtant, elle sait qu’un mystère insondable est en train de se jouer sous ses yeux. Son fils est mort mais sans l’être vraiment…
Et si elle n’en sait pas davantage, cela lui suffit amplement pour dire « Oui ».
Une seconde fois.

@StephaneDute

© 2016 La résurrection du Christ .com
Haut
Nous suivre :