L’eucharistie, c’est quoi ?

Le film La résurrection du Christ met en scène un repas eucharistique, où le pain est rompu sur les – magnifiques – paroles du Notre Père : « donne-nous chaque jour notre pain de ce jour ». Ce n’est donc pas un repas eucharistique mené par Pierre, comme on aurait pu s’y attendre, puisqu’il se déroule après la cène du jeudi saint… Mais au fait, qu’est-ce que l’eucharistie ? 

Cette partie fondamentale de la croyance chrétienne a fait débat et reste pour beaucoup un sujet d’incompréhension.

Au temps de Jésus, cette question était déjà une difficulté : « les Juifs se querellaient entre eux : Comment celui-là peut-il donner sa chair à manger ? » nous relate l’Evangile de Jean au chapitre 6 (Jn 6). Quand je discute de cela, les personnes ont généralement trois attitudes possibles :

  • Ce n’est que du pain et cela ne veut rien dire.
  • C’est un signe mais ce n’est pas le corps du Christ.
  • Le Christ est réellement présent sous la forme du pain.

Alors, qui croire ? L’eucharistie doit elle rester obscure et nous diviser ? Non, car bien qu’étant un mystère, nous avons des pistes qui nous permettent de rentrer dans la compréhension.

Cela reste un mystère pour la raison, car après la consécration par le prêtre, la  »chose » pain que nous voyons a encore la ressemblance (ou l’accident) du pain (mie, croûte ou en forme d’hostie) mais c’est la substance du Christ, c’est à dire l’être même de Jésus.

Là, il y a une rupture, car normalement une  »chose » (quelque soit la chose) pour exister, possède à la fois l’accident de la  »chose » et la substance de la  »chose ». Or, ici ce n’est plus le cas. Il nous faut donc aller plus loin que l’évidente contradiction de raison.

Jésus nous le dit dans l’évangile (Jn 6) :

« Car ma chair est vraiment une nourriture et mon sang vraiment une boisson. Qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui. »

Et plus loin, au moment de la cène, Jésus dira dans l’évangile de Matthieu au chapitre 26 :

« Jésus prit du pain, le bénit, le rompit et le donna aux disciples en disant : « ‘Prenez, mangez, ceci est mon corps’. »

Nous somme invités à croire que Jésus est réellement là, comme il nous l’a dit. C’est possible car rien n’est impossible à Dieu, Il nous donne la Foi.

C’est surtout une bonne nouvelle. C’est la promesse que nous serons heureux et vivrons après la mort avec Dieu :

« Jésus leur dit alors : « Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous.  Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. » (Jn 6)

C’est encore une bonne nouvelle car nous pouvons participer par la communion à la vie divine dès aujourd’hui. Dieu se fait nourriture et pour beaucoup cela est inconcevable. Pourtant c’est la preuve de son amour et du don total qu’il fait pour chacun de nous en mourant sur la croix.

C’est cela qui fera dire à saint Jean-Paul II que « non seulement que chacun d’entre nous reçoit le Christ, mais aussi que le Christ reçoit chacun d’entre nous. Il resserre son amitié avec nous : « Vous êtes mes amis » ( Jn 15, 14). Quant à nous, nous vivons grâce à lui : « Celui qui me mangera vivra par moi » (Jn 6, 57). Pour le Christ et son disciple, demeurer l’un dans l’autre se réalise de manière sublime dans la communion eucharistique : « Demeurez en moi, comme moi en vous » ( Jn 15, 4). » (Lettre Eglise et eucharistie, chapitre 22).

Ainsi nous pouvons vivre la joie de partager la vie même de Dieu en communiant. Edith Stein dira, à ce propos, en citant saint Chrysostome :

« Nous devenons membres du corps du Christ non seulement par l’amour…, mais aussi très réellement en étant un avec sa chair : cela est réalisé par la nourriture qu’il nous a offerte pour nous prouver le désir qu’il a de nous. C’est pourquoi il s’est lui-même abaissé jusqu’à venir en nous et qu’il a façonné en nous son propre corps, afin que nous soyons un, comme le corps est uni à la tête »

C’est pourquoi le sacrifice eucharistique est « source et sommet de toute la vie chrétienne ». Il est le lieu où nous nous approchons de Dieu pour recevoir par l’Esprit Saint, la vie, la joie, l’amour et finalement à notre mort, la vie éternelle.

Christophe M.

One Trackback

  1. […] Il faisait nuit. Les lanternes placées devant la grotte jetaient une vive lueur sur les parages. Le saint corps était enveloppé dans son linceul, entouré de lumière, et reposait entre deux anges que j’avais vus constamment en adoration à la tête et aux pieds du Sauveur, depuis la mise au tombeau. Ces anges avaient l’air de prêtres. Leur posture et leurs bras croisés sur la poitrine me rappelèrent les chérubins de l’Arche d’alliance, mais je ne leur vis pas d’ailes. Du reste, le saint sépulcre tout entier me rappela l’arche d’alliance à différentes époques de son histoire. Peut-être cette lumière et la présence des anges étaient-elles visibles pour Cassius, car il était en contemplation près de la porte du tombeau, comme quelqu’un qui adore le Saint-Sacrement (lire aussi : qu’est-ce que l’eucharistie ?). […]

Ecrire un commentaire :

*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2016 La résurrection du Christ .com
Haut
Nous suivre :